vous êtes ici : Ardèche / Ardèche méridionale / Lablachère

Lablachère
entre plaines calcaires et contreforts cévenols

Coordonnées (centre) : N 44° 27' 50" - E 004° 12' 53" - Alt. 256 m - Superficie : 31,38 km² - Population (2013) : 2037 habitants
Avant la Révolution, le village de Lablachère se trouvait entouré de forêts de chênes blancs ("Blache" en occitan). Comme sa voisine Joyeuse (voir) situé à 2.5 km à l'est en contrebas, la commune de Lablachère partage son territoire entre contreforts cévenols au nord-ouest et plateau calcaire des Grads (voir) au sud-est. Ces terres semblent avoir été habitées par l'homme depuis très longtemps notamment au Néolitique (- 3500 ans avant notre ère) avec de nombreux dolmens et autres ouvrages tels que le petit pont mégalithique du Prieuré sur le ruisseau Masseloup. Au Moyen-Âge, le village fut marqué comme toute la région par les troubles des guerres de religion. L'histoire de Lablachère (anciennement "la Blachère") est liée à celle de la famille noble de la Saulmée (plus tard de la "Saumès") qui y bâtit son château au XIVème siècle près du hameau de la Jaujon (chef lieu actuel). Le village de Lablachère présente l'étonnante particularité de posséder deux églises de grande taille mais aucune au centre du bourg. La plus proche, mais aussi la plus ancienne, est l'église Saint-Julien qui se dresse sur la petite colline de Malabarge au sud-ouest du bourg. La date exacte de sa construction est mal connue mais l'édifice est mentionné sur certains écrits dès le XVIème siècle notamment en 1514 par le Pape Léon X au chapitre de la Cathédrale de Viviers. Un peu plus loin, se trouve la grande basilique de Notre-Dame de Bon secours dont la vierge perchée sur un haut clocher domine toute la région. L'histoire de cette basilique fondée en 1680 serait liée à un miracle survenu à la moitié du XVIIème siècle lorsqu'un dénommé Julien Gineste Delille, le Sieur de Lisle, ancien soldat du roi, se retrouva dans une fâcheuse posture coincé sous son cheval et fit le voeu de construire une chapelle et d'y placer la statue de la vierge Marie s'il en réchappait . Contre toute attente, le cheval parvint à s'extirper de ce mauvais pas mais le sieur oublia sa promesse. L'année suivante, la même scène se reproduit au même endroit. Le bien heureux tint cette fois sa promesse en édifiant à l'endroit même une chapelle d'abord de taille modeste qui ne cessa ensuite de grandir au fil de nombreux événements pour devenir l'important édifice que l'on connaît aujourd'hui et qui abrite un couvent. Si le village a conservé de nos jours une activité agricole importante avec de nombreuses vignes en particulier, le tourisme occupe une place de plus en plus importante dans l'économie locale. Enfin, la commune abrite des équipements sportifs d'importance dont la seule piscine couverte de tout le secteur.
voir aussi le Plateau des Gras de Bourbouillet à VTT : cliquer ici

autres thèmes : Sud Ardèche / Montagne / Ardèche du nord / Vallée du Rhône / Coiron / Grottes / Canoë / Crues / VTT / Gel