vous êtes ici : Ardèche / Thèmes / Cyclisme du route / Voies Vertes

 

Vélo sur la voie verte de l'ancienne voie ferrée PLM en Ardèche méridionale

Cette rubrique est rédigée alors que la voie verte de l’Ardèche méridionale n’en est encore qu’au stade du projet avec seulement quelques courtes portions aménagées à ce jour. Cette démarche vise à préfigurer ce que pourrait être le futur réseau de voies vertes de l’Ardèche méridionale dans un avenir à moyen terme. L’objectif du projet qui n’en est qu’à ses balbutiements en ce début d’année 2016 consiste donc à aménager en voie verte les voies de l’ancien réseau de chemin de fer « Paris Lyon Marseille » (PLM) dont l’exploitation a cessé à la fin des années 60 (voir focus en bas de page). Remarquablement construit avec de très nombreux ouvrages d’art, viaducs, tunnels et fossés maçonnés, ce réseau tombait à l’abandon depuis plusieurs décennies. Des projets de développement touristique ont été engagés mais leur pérennité n’a pas pu être maintenue pour différentes raisons.
Cartes IGN 1 :100 000 : TOP100156 (partie nord) TOP100163 (partie sud)
Cartes IGN 1 :25 000 : 2938E (le Teil), 2938O (Aubenas), 2939 OT (Vallon Pt d'Arc), 2839 OT (St Paul)
voir aussi le VTT en Ardèche : cliquer ici - voir aussi l'Ardèche méridionale : cliquer ici

autres thèmes : Gorges de l'Ardèche / Sud Ardèche / Nord Ardèche / Est Ardèche / Montagne Ardéchoise / Coiron / Crues d'Ardèche / Canoë

vélo sur les porions aménagées de la voie verte de l'ancienne voie ferrée

20150511_061 20150511_062 20150511_065 20150511_066 20150511_092 20150511_108 20150511_112 20150511_115 20150511_164 20150511_167
20150511_061 20150511_062 20150511_065 20150511_066 20150511_092 20150511_108 20150511_112 20150511_115 20150511_164 20150511_167
20150511_173 20150815_p8155810 20150815_p8155814 20151217_116
20150511_173 20150815 20150815 20151217_116

Ce projet constitue donc un formidable outil de valorisation globale du patrimoine bâti de la région, comme cela a été réalisé avec succès dans la Vallée de l’Eyrieux avec la désormais célèbre « Dolce Via » (voir circuit n°10 du topo guide Glénat) ou encore sur la rive ardéchoise du Rhône avec la « Via Rhôna ». En outre, une telle voie dédiée aux modes de déplacements doux contribuerait notoirement au renforcement de la sécurité des usagers à vélo, notamment pendant la période touristique lorsque que les routes d’Ardèche connaissent de très fortes fréquentations et rendent dangereux les déplacements à vélo. Il est à noter que cet objectif de sécurité représente une priorité gouvernementale relayée par les préfets dans chaque territoire. Après quelques errances dans la gestion de ce patrimoine (cession partielle du foncier à des propriétaires riverains), il semble que les élus aient enfin acté de l’importance de conserver ces itinéraires bâtis dans le patrimoine exclusif du domaine public. La gestion devrait en être assurée par les collectivités locales au même titre que les routes.
Seuls quelques courts tronçons (à Ruoms ou à Aubenas) ont été aménagés à ce jour en voie verte. Porté par des citoyens et des élus de plus en plus convaincus par le bien fondé d’un tel aménagement, ce projet se heurte toutefois à de nombreuses difficultés, notamment sur le plan financier et juridique. Ces difficultés ont été surmontées en de nombreux endroits partout en France et en Europe et démontrent que cela devrait aussi être possible en Ardèche méridionale. Nous espérons en tout cas que cette rubrique aidera à convaincre les décideurs de la nécessité de doter le territoire d’un tel outil de développement touristique et de renforcement de la sécurité des déplacements doux, deux objectifs qui figurent parmi les orientations prioritaires de toutes les instances publiques.


Tableau récapitulatif des tronçons du réseau :

Tronçon

Distance (km)

Dénivelé (m)

Pente (%)

1 - du Teil à Vogüé

26,9

97

0,36

 

a/ le Teil (alt. 67 m) > Aubignas - Alba (alt. 242 m)

7,6

175

2,3

 

b/ Aubignas - Alba > St Jean le Centenier (alt. 311 m)

7,4

69

0,93

 

c/ St Jean le Centenier > Lavilledieu (alt. 224 m)

6,4

-87

-1,36

 

d/ Lavilledieu > Vogüé (alt. 164 m)

5,5

-60

-1,09

2 - de Vogüé à St Paul le Jeune

35,1

94

0,27

 

a/ Vogüé - Pradons (alt. 133 m)

9,9

-31

-0,31

 

b/ Pradons - Grospierres (alt. 108 m)

9,7

-25

-0,26

 

c/ Grospierres - Beaulieu (alt. 132 m)

7,1

24

34

 

d/ Beaulieu - St Paul le Jeune (alt. 258 m)

8,4

126

1,5

3 - diverticules d'Aubenas et de Largentière

22,3

ns

ns

 

a/ Vogüé > St Sernin (alt. 191 m)

4,7

27

0,57

 

b/ St Sernin > Aubenas (alt. 240 m)

4,6

49

1,07

 

c/ St Sernin > Largentière (alt. 201 m)

13

10

0,08

 

 

1 - St Sernin > Uzer (alt. 158 m)

9

-33

-0,37

 

 

2 - Uzer > Largentière (alt. 201 m)

4

43

1,08

4 - Liaison Ruoms > Vallon Pont d'Arc

7,2

-12

-0,17

Description : Du Teil à St Paul le Jeune, en intégrant les voies annexes d’Aubenas et de Largentière, l’ancien réseau de chemin de fer couvrait une distance de 84.3 km (hors liaison Ruoms – Vallon Pont d’Arc) avec un point bas à 67 m d’altitude au Teil et un point culminant à 311 m à St Jean le Centenier. L’ambition de ce projet d’aménagement est de proposer la conversion intégrale de ce réseau en voie verte, ainsi que cela a été réalisé dans la vallée de l’Eyrieux. Si une partie du réseau a été déferrée dans les années 70, notamment au sud de Vogüé ou sur la voie de Largentière, le tronçon entre le Teil et Vogüé a lui conservé ses rails. Une partie importante du réseau n’est donc pas pour l’instant fréquentable à vélo. Pour le reste du réseau, soit 59.9 km, la praticabilité des voies reste variable, difficile lorsque le ballast n’a pas été retiré. Ces tronçons sont généralement encombrés de végétation. De nombreuses parties restent néanmoins utilisables à vélo (hors ouvrages d’art fermés), même en dehors des zones aménagées.

 Partie ferrée (en 2015) à hauteur de Saint-Germain

Tableau récapitulatif des distances :

 

le Teil

Alba

St Jean

Lavilledieu

Vogüé

Pradons

Ruoms

Grospierres

Beaulieu

St Paul

St Sernin

Aubenas

Uzer

Largentière

Vallon Pt d'Arc

le Teil

0

7,6

15

21,4

26,9

36,8

40,2

46,5

53,6

62

31,6

36,2

40,6

44,6

47,4

Alba

7,6

0

7,4

13,8

19,3

29,2

32,6

38,9

46

54,4

24

28,6

33

37

39,8

St Jean

15

7,4

0

6,4

11,9

21,8

25,2

31,5

38,6

47

16,6

21,2

25,6

29,6

32,4

Lavilledieu

21,4

13,8

6,4

0

5,5

15,4

18,8

25,1

32,2

40,6

10,2

14,8

19,2

23,2

26

Vogüé

26,9

19,3

11,9

5,5

0

9,9

13,3

19,6

26,7

35,1

4,7

9,3

13,7

17,7

20,5

Pradons

36,8

29,2

21,8

15,4

9,9

0

3,4

9,7

16,8

25,2

14,6

19,2

23,6

27,6

10,6

Ruoms

40,2

32,6

25,2

18,8

13,3

3,4

0

6,3

13,4

21,8

18

22,6

27

31

7,2

Grospierres

46,5

38,9

31,5

25,1

19,6

9,7

6,3

0

7,1

15,5

24,3

28,9

33,3

37,3

13,5

Beaulieu

53,6

46

38,6

32,2

26,7

16,8

13,4

7,1

0

8,4

31,4

36

40,4

44,4

20,6

St Paul

62

54,4

47

40,6

35,1

25,2

21,8

15,5

8,4

0

39,8

44,4

48,8

52,8

29

St Sernin

31,6

24

16,6

10,2

4,7

14,6

18

24,3

31,4

36

0

4,6

9

13

25,2

Aubenas

36,2

28,6

21,2

14,8

9,3

19,2

22,6

28,9

36

40,4

4,6

0

13,6

17,6

29,8

Uzer

40,6

33

25,6

19,2

13,7

23,6

27

33,3

40,4

48,8

9

13,6

0

4

34,2

Largentière

44,6

37

29,6

23,2

17,7

27,6

31

37,3

44,4

52,8

13

17,6

4

0

38,2

Vallon Pt d'Arc

47,4

39,8

32,4

26

20,5

10,6

7,2

13,5

20,6

29

25,2

29,8

34,2

38,2

0


1 – du Teil à Vogüé – 26.9 km – pente moyenne : 0,36 % (ascension)
a / le Teil (alt. 67 m) > Gare d’Aubignas - Alba (alt. 242 m) – 7.6 km – pente : 2.3 % (asc.)
L’ancienne voie de chemin de fer du « PLM » était connectée au réseau principal de la Vallée du Rhône au Teil. Cette voie est toujours en fonctionnement mais n’assure plus que le transport des marchandises, les voyageurs doivent se rendre sur l’autre rive du Rhône à Montélimar pour prendre le train. Pour des raisons de sécurité, la connexion avec la voie verte ne pourra donc pas s’effectuer à partir de la gare du Teil où des trains circulent encore. Il faudra sortir de la ville par ses petites ruelles et trouver la voie verte au quartier de Mélas à l’ouest de la cité, à 1.6 km du centre. A l’heure actuelle, en 2015, les rails de cette portion entre le Teil et Vogüé, dont l’exploitation a cessé en 1971, n’ont pas encore été retirés. Dès le départ, la voie présente de remarquables ouvrages d’art avec des tunnels et des viaducs dès les premiers kilomètres pour remonter la vallée du Frayol par sa rive gauche entre le massif du Coiron au nord et la montagne de Berg au sud. La pente (2.3 %) est la plus marquée de tout le réseau et permet de quitter la Vallée du Rhône. Bien que sensible, cette pente reste néanmoins tranquille à vélo. L’arrivée à la gare d’Aubignas - Alba est précédée d’un long tunnel en courbe d’une longueur de 1010 mètres pour la traversée duquel les usagers devront se munir d’un éclairage. Depuis l’ancienne gare, on pourra quitter la voie pour aller visiter l’antique cité d’Alba la Romaine, capitale des Helviens, où un musée consacré à cette époque gallo-romaine a été inaugurée en 2013.


la voie ferrée près de la gare d'Alba - Aubignas

b/ Aubignas – Alba > St Jean le Centenier (km 15 - 311 m) – 7.4 km – pente : 0.93 % (asc.)
La voie se poursuit vers l’ouest avec à nouveau de beaux ouvrages d’art qui permettent de franchir plusieurs vallons tout en conservant une pente relativement douce, plus facile que le précédent tronçon. On remarquera la grande qualité des maçonneries qui témoignent du travail considérable entrepris à l’époque pour bâtir cette voie. A la gare de St Jean le Centenier, on pourra emprunter la route D.7 vers le nord et aller visiter à 3 km le site des balmes troglodytiques de Montbrun aménagées dans les falaises basaltiques du Coiron.

c/ St Jean le Centenier > Gare Lavilledieu (km 21.4 – 224 m) – 6.4 km – pente : 1.36 % (desc.)
A partir de là, la voie qui se met à descendre légèrement poursuit son cheminement vers l’ouest en suivant cette fois le vallon de la Claduègne jusqu’à la gare de Montfleury à quelques km au sud du village de Lavilledieu.

d/ Gare de Lavilledieu > Vogüé (km 26.9 – alt. 164 m) – 5.5 km – pente : 1.09 % (descente)
Sur un relief moins marqué et un tracé beaucoup plus rectiligne, la voie passe rapidement les plaines de St Germain couvertes de vignes avant de rejoindre la vallée de l’Auzon et d’atteindre la gare de Vogüé Gare. L’arrivée à cette gare est précédée de l’embranchement des voies qui mènent à Aubenas et à Largentière (voir plus bas). Depuis la gare, on pourra aller découvrir par la route le beau village de Vogüé, situé à environ 2 km.


2 – de Vogüé à Saint Paul le Jeune – 35.1 km – pente moyenne : 0,27 % (ascension)

a/ de Vogüé (alt. 164 m) à Pradons (alt. 133 m) – 9.9 km – pente moyenne : 0.31 % (desc.)
Depuis Vogüé Gare vers le sud, on ne trouve plus de rails au sol. La voie repart en direction de St Paul le Jeune  et croise quelques routes à traverser avec prudence d’abord à la sortie de Vogüé puis à l’entrée de St Maurice d’Ardèche. A proximité du village de Balazuc, qui mérite vraiment un petit détour, le cheminement emprunte à nouveau de magnifiques viaducs tout en longeant la route D.579. En arrivant à Pradons, on pourra prendre la route de Chauzon et trouver après une petite côte juste après le pont sur l’Ardèche de magnifiques points de vue sur le Cirque de Gens où la rivière coule dans des gorges profondes

la voie déferrée au nord de Pradons

b/ de Pradons (133 m) à Grospierres (km : 19.6 - 108 m) – 9.7 km – pente : 0.26 % (desc.)
Cette portion a été partiellement aménagée en 2014 par les collectivités locales. Depuis le village de Pradons jusqu’au château de la Bastide sous Sampzon, la voie est aménagée et ses ouvrages équipés. En outre, toute la traversée de Ruoms a été goudronnée, ce qui permet le déplacement des vélos de route, mais aussi des rollers. La voie traverse quelques routes à forte circulation, notamment près du centre de Ruoms où on pourra aller visiter le cœur historique ou même pousser un peu plus loin jusqu’au village de caractère de Labeaume. Il sera possible également d’emprunter au départ de la route de Lagorce un diverticule permettant de rejoindre Vallon Pont d’Arc par la colline de la Loubière (voir plus bas). A la sortie de Ruoms, la partie goudronnée s’arrête pour laisser place à un revêtement de terre compactée. Quelques kilomètres plus au sud, la voie emprunte un grand viaduc qui traverse la rivière en parallèle au pont routier. 600 mètres plus loin, à hauteur du château de la Bastide, la partie aménagée s’interrompt (en 2015) et on retrouve alors le ballast sur la voie. En longeant la route que l’on traverse avant le village, on arrive rapidement au village de Grospierres duquel on pourra rejoindre le village de St Alban par les rives du Chassezac.
 

c/ de Grospierres à Beaulieu (km : 26.7 - alt. 132 m) – 7.1 km – pente : 0.34 % (ascension)
La voie reprend son cheminement dans la vallée du Chassezac vers le sud-ouest en passant d’abord devant le château du Bournet puis en traversant une dernière fois la route D.111. Après 4 km, on passe sous le hameau de Comps dans un paysage de vastes plaines recouvertes de vignes. On arrive alors à la gare de Beaulieu qui précède le village par le nord. De là, il est possible d’aller visiter la commanderie de Jalès, construite en 1140, un domaine agricole et un lieu de retraite pour les moines soldats de l'ordre des Templiers.

d/ de Beaulieu à St Paul le Jeune (km : 35.1 – alt. 258 m) – 8.4 km – pente : 1.5 % (asc.)
La voie laisse ensuite le village de Beaulieu sur la gauche pour se rapprocher progressivement des gras des Ramades que l’on longe par le nord en lisière de bois. La voie passe alors par plusieurs tunnels et les reliefs de part et d’autre deviennent plus chaotiques. On s’élève alors un peu plus sensiblement tout en passant au travers d’un vallon plus étroit auquel succède une petite cuvette remplie de marnes calcaires aux formes arrondies. L’arrivée à St Paul le Jeune est précédée d’un long tunnel de 800 mètres de longueur. Au-delà de la gare de St Paul le Jeune, la voie se poursuit dans le Gard, d’abord jusqu’à Robiac puis jusqu’à Alès.

 l'ancienne voie ferrée aménagée en voie verte au double pont de la Bastide sous Sampzon


3 - Diverticules d’Aubenas et de Largentière depuis Vogüé

a/ de Vogüé Gare (alt. 164 m) à St Sernin (alt. 191 m) – 4. 7 km – pente : 0.57 % (ascension)
Depuis la gare, on partira vers le nord pour prendre à gauche à l’embranchement. Aussitôt après avoir franchi l’Auzon, on traversera un tunnel immédiatement suivi d’un grand viaduc en courbe au dessus de l’Ardèche qui offre une superbe vue sur le village de Vogüé que l’on pourra aller visiter. Un autre grand tunnel de 400 m succède à ce viaduc et permet à la voie de retrouver les plaines jusqu’au village de St Sernin.

le viaduc de l'ancienne voie ferrée sur l'Ardèche en aval de Vogüé

b/ Voie d’Aubenas : St Sernin > Aubenas (km 9.3 – 240 m) – 4.6 km – pente : 1.07 % (asc.)
Au nord du village, un embranchement divise la voie en deux branches, à droite, celle d’Aubenas, à gauche, celle de Largentière. Pour aller à Aubenas, on délaissera la voie de gauche pour continuer tout droit. Le cheminement croise de nombreuses routes qu’il conviendra de traverser avec prudence. Peu à peu, les zones urbanisées se densifient à l’approche de la cité albenassienne. Le tracé de l’ancienne voie n’étant plus praticable à proximité immédiate de la ville en raison d’aménagements routiers et urbains plus récents, on quittera la voie au carrefour du quartier de la Ferrières au sud de la ville. De là, on pourra rejoindre le centre et visiter la partie historique. On pourra aussi descendre de l’autre côté et retrouver une autre portion de l’ancienne voie ferrée d’ores et déjà aménagée en voie verte sur 1.7 km entre le quartier de la Roqua et la déviation de Labégude en direction de Vals les Bains.

c/ Voie de Largentière : de St Sernin à Largentière (201 m) – 13 km – pente moyenne : 0,06 %
1-      de St Sernin à Uzer (km 13.7 - alt. 158 m) – 9 km – pente : 0.37 % (descente)
A l’embranchement à la sortie nord de St Sernin, on bifurquera à gauche pour contourner la pointe du massif du Vinobre et partir ensuite vers le sud-ouest. La voie croise rapidement les aménagements de la déviation routière de la Chapelle sous Aubenas ouverte en 2008. Par un cheminement sur une piste le long de cette route pendant 1 km environ, on rejoint un pont qui permettra de passer de l’autre côté et de retrouver le tracé de la voie ferrée. A plusieurs reprises, on traversera des routes avec prudence avant d’atteindre un grand viaduc qui franchit la rivière de la Lande et qui débouche sur la gare d’Uzer.
 

2-      de Uzer à Largentière (km 17.7 - alt. 201 m) – 4 km – pente : 1.08 % (ascension)
Après quoi, la voie franchit rapidement un tunnel de 250 m précédé d’une belle tranchée. Au-delà de cet ouvrage, on change d’univers pour se diriger à présent vers les contreforts des montagnes ardéchoises en remontant la vallée de la Ligne par sa rive gauche. En la surplombant, la voie longe alors la route de Largentière à laquelle on accède après avoir franchi deux magnifiques viaducs qui enjambent la rivière de la Ligne. La voie se termine au quartier de la Cigalière depuis lequel il faudra continuer sur la route pendant quelques centaines de mètres pour atteindre réellement le cœur de la ville de Largentière.

le viaduc de l'ancienne voie ferrée sur la Ligne en aval de Largentière


4 - Liaison entre Ruoms et Vallon Pont d’Arc

Distance : 7.2 km – montée : 144 m – descente : 156 m – pente moyenne : 0.17 % (descente)
La liaison routière entre les villages de Ruoms et de Vallon Pont d’Arc emprunte une route très fréquentée, étroite et dangereuse pour les cyclistes, notamment pendant la saison estivale. Un itinéraire bis existe pourtant entre ces deux pôles majeurs du tourisme ardéchois. Cet itinéraire emprunte pour partie une ancienne route depuis Vallon Pont d’Arc jusqu’au Pont de Sampzon. Venant de Ruoms, cette partie goudronnée est précédée par un piste qui depuis la route de Lagorce permet de franchir la colline de la Loubière. Toutefois, en raison de travaux d’enfouissement qui n’ont pas intégré de système d’évacuation des eaux de pluie, cette piste a été très sérieusement détériorée par les effets de ravinement liés aux épisodes cévenols. Sous réserve d’être restaurée, cette voie pourrait donc être à nouveau utilisable à vélo et fournir une alternative sécurisée au trajet entre Ruoms et Vallon Pont d’Arc. La voie verte, démarrerait depuis le Carrefour de la route de Lagorce à Ruoms. Après 200 mètres parcourus sur cette route, l’itinéraire s’engage sur une piste à droite et s’élève de 80 mètres sur la colline avant de retrouver la vieille route de Vallon Pont d’Arc 2.9 km plus loin. Partant à gauche, la route franchit le ruisseau de la Loubière et gravit le Col de Chalamelas avant de descendre tranquillement vers Vallon Pont d’Arc en longeant les pentes de la colline du Coucouru.

 Profil entre Ruoms et Vallon Pont d’Arc par l’itinéraire en voie verte (distance : 7.2 km)

Focus : un formidable réseau de chemin de fer, une histoire à reconstruire

A la fin du XIXème siècle, les vallées de l'Ardèche connurent un fort essor industriel lié notamment au développement des activités du textile et des nombreuses mines. Pour y répondre, il fallut désenclaver la région par l'aménagement de voie de transport des marchandises et des voyageurs. Une voie de chemin fut alors déclarée d'utilité publique en 1863 et la voie entre le Teil et Robiac dans le Gard  fut inaugurée le 22 mai 1876 après plusieurs années d'importants travaux de construction qui mobilisèrent des centaines d'ouvriers. Cette ligne était alors exploitée par la compagnie ferroviaire privée baptisée "Paris-Lyon-Méditerranée" (PLM) qui perdura jusqu'en 1938, date de la création de l'actuelle Société Nationale des Chemins de Fer (SNCF). Plusieurs lignes annexes furent créées au départ de la gare de Vogüé qui constituait alors un important nœud ferroviaire. La ligne desservant Aubenas fut ouverte en 1879 et celle de Largentière en 1896. Des projets titanesques visaient alors à relier la ville du Puy en Haute Loire en prolongeant les lignes par les vallées encaissés de la haute Ardèche. Compte tenu des caractéristiques topographiques particulièrement difficiles et des fortes pentes, les travaux n'ont pas abouti mais il subsiste malgré tout quelques vestiges étonnants tel le tunnel du Roux long de 3,3 km qui permettait de rejoindre le plateau du Vivarais depuis Aubenas puis la vallée de la Fontaulière et les surprenantes boucles de Montpezat.

 

de magnifiques ouvrages d'art

Ce maillage ferroviaire fut très dynamique pendant un demi-siècle avec des pics de fréquentation. Toutefois, au lendemain de la guerre, le trafic se mit à connaître une diminution sensible notamment en raison de la fermeture successive des mines et du développement du transport routier. En 1969, les lignes furent fermées au transport des voyageurs et les derniers trains de fret quittaient les lignes définitivement en 1980. Le déferrement des lignes commença dès 1991 à l'exception de la section entre Vogüé et le Teil où une association parvint à mettre en œuvre quelques années un projet de train touristique. En raison de difficultés financières, les tribunaux prononcèrent la liquidation de cette association en 2011. L'ensemble de l'ancien réseau ferroviaire de l'Ardèche méridionale est donc aujourd'hui désaffecté et plusieurs tronçons sont à l'abandon depuis plusieurs décennies. Un projet d'aménagement de ce réseau en voies vertes est à l'étude depuis plusieurs années et contribuerait à valoriser cet exceptionnel patrimoine à des fins touristiques tout en permettant des modes de déplacement doux en sécurité.

© Mathieu Morverand - Tous droits réservés, All rights reserved, Todos los derechos reservados, Alle Rechte vorbehalten - contact