vous êtes ici : Ardèche / Montagne Ardéchoise / Saint-Agrève

Saint-Agrève
un village entre gens du plateau et gens des pentes

Coordonnées (centre) : N 45° 00' 34" - E 004° 23' 54" - Altitude : 1063 m - Superficie : 48,56 km² - Population (2013) : 2528 habitants
Situé à une altitude moyenne de 1050 m entre la pénéplaine des plateaux du Haut Vivarais et les vallées encaissées du Doux et de l'Eyrieux, le village de Saint Agrève marque le lien entre les gens de la montagne et ceux des pentes abruptes. D'origine granitique, le socle cristallin est parsemé par endroits d'affleurements basaltiques qui annoncent la proximité plus au sud des jeunes volcans ardéchois. On y rencontre une végétation riche et de vastes hêtraie-sapinières qui servent de refuge à une faune abondante d'oiseaux, de petits mammifères et d'insectes caractéristiques des zones de moyenne montagne. Jadis, la cité fut fondée sur les pentes du Mont Chiniac (alt. 1128 m) qui offrait une position stratégique idéale pour contrôler les passages et se protéger des assaillants. Dès l'Antiquité, alors que quelques bâtisses éparses recouvraient les pentes, les Romains édifièrent des fortifications sur cette colline qu'ils appelaient alors le "Mont Ursin", la montagne des Ours. Les routes de commerce entre les vellaves (pays du Velay) et les helviens convergeaient vers la ville baptisée « Cinnacum » qui deviendra plus tard Saint Agrève. Pendant des siècles, ces échanges ont participé au développement et à la prospérité de la cité. Mais les guerres de religion du XVIème siècle vont durement affecter la ville qui fut rasée à deux reprises malgré des fortifications que ses bâtisseurs pensaient imprenables. Plus tard, la ville fut reconstruite aux pieds du Mont Chiniac et se développa notamment grâce au chemin de fer qui arriva en 1903 du Puy pour aller jusqu'à la vallée du Rhône par la vallée de l'Eyrieux. Il n'en subsiste d'une portion touristique jusqu'à Dunières. Aujourd'hui, la vie de cette paisible bourgade suit le rythme des saisons marquées par une courte période estivale et un hiver rude et enneigé caractéristique de ces hauts plateaux balayés par le vent local, la Burle. L'élevage et l'agriculture constituent les activités principales du village même si le tourisme se développe de plus en plus, notamment grâce à des équipements de loisirs, comme le Lac du Dévesset mis en eau en 1974.

© Mathieu Morverand - Tous droits réservés, All rights reserved, Todos los derechos reservados, Alle Rechte vorbehalten - contact